Les Missionnaires du Sacré-Coeur du Canada
 
 

Témoignages

Être sur terre le Cœur de Dieu en 2015, voilà un thème qui me rejoint, non seulement dans mon engagement, mais dans toute ma personne. J'ai rencontré Dieu il y a bien des années et, aujourd'hui, Dieu vient encore me rencontrer. Il vient à moi à travers sa Parole, à travers mes confrères et amis. Il vient me rencontrer dans l'intimité de mon quotidien. J'ai déjà eu peur de Dieu, mais j'ai appris à m'apprivoiser à sa présence, à me laisser aimer par Lui tel que je suis et tel qu'Il se présente à moi. Il vient me dire que Dieu et Marie font ensemble bon ménage avec moi. Quelles que soient mes situations de vie, Marie reste toujours pour moi Notre-Dame de l'Amour sans condition.

  Marc-André Gingras, msc
supérieur provincial

Le Nicaragua, où je vis maintenant depuis plus de 25 ans, est un pays où les jeunes et les enfants constituent plus de 50 % de la population. Comment je vis au quotidien ma mission MSC dans ce pays ? Au Centre communautaire Oscar Arnulfo Romero (CCOAR) de Nandaime, nous nous sommes donné comme objectif premier d'offrir aux jeunes et aux enfants un milieu de vie chaleureux, afin qu'ils puissent forger leur identité, développer leurs talents, acquérir fierté et estime de soi. Nous refusons de les voir comme des victimes du système, ou encore comme des appauvris par les classes enrichies. Nous les considérons comme des jeunes en mouvement, en participation, en développement de leurs capacités à un agir solidaire.

Les jeunes qui oeuvrent au Centre sont spécialisés en travail social, en communication sociale, en psychologie, en administration, en danse, en théâtre, en musique. Dans toutes nos activités, nous véhiculons un message: un message de paix, de non-violence, de responsabilité, de joie de vivre et aussi d'écologie. C'est notre façon d'être sur terre le Cœur de Dieu. Nous accueillons aussi chaque année plus de 250 jeunes stagiaires du Québec, que nous accompagnons dans leur quête de sens.

Les enfants et les jeunes nous apprennent beaucoup. J'ai compris au fil des ans qu'ils ont un pouvoir révolutionnaire. Ils nous obligent à nous dépasser. Et pour moi, c'est un honneur, un privilège d'être sollicité par eux.

Jacques Giroux, msc
Nandaime